S'éveiller à sa Puissance Créatrice pour être pleinement Soi

  • Google+
  • LinkedIn
  • YouTube

Taux vibratoire et développement personnel

 

Taux vibratoire et développement personnel

Posté par Danièle Péralez dans Bien Être en Soi, Eveil & Spiritualité 02 Mai 2018

Qu’est-ce que le taux vibratoire ?
Quels bénéfices avons-nous à maintenir le nôtre élevé ?
Comment le maintenir élevé au quotidien ?

 

Qu’est-ce que le taux vibratoire ?

Tout système vivant (humain, animal, végétal) ainsi que toute chose existante dans la matière est composé d’énergie vivante et vibrante, d’où ce nom de taux vibratoire (T.V.) lorsque nous parlons de la nature ou de la qualité de l’énergie qui vibre en chacun de nous.
Le taux vibratoire se mesure en unité Bovis ; il est l’instrument de mesure de référence des magnétiseurs, des géobiologues, des sourciers.
Et pour tout un chacun notre taux vibratoire reflète notre niveau de conscience, ou pour le dire autrement notre degré d’évolution personnelle et spirituelle.  Chaque être humain a son propre T.V.

L’énergie dont tout est fait, étant un composant vivant en constant mouvement, le T.V. n’est jamais le même ; il fluctue constamment selon notre état physique, psychique, émotionnel.

Pour le dire simplement notre taux vibratoire est peu élevé lorsque nous sommes affaiblis par la maladie, stressés, en prise à la peur, à l’anxiété, à la colère, à la haine; lorsque nous nous sentons tristes, déprimés, fatigués, lorsque nous « maltraitons » notre corps soit par une alimentation inadaptée ou trop abondante, par des dépendances toxiques (médicaments, sucre, alcool, tabac, drogue), par la sédentarité, le manque de sommeil, l’absence d’une activité physique régulière. Mais aussi lorsque que notre environnement de vie, de travail ne nous convient pas, ou bien encore lorsque nous entretenons des relations qui ne nous sont pas bénéfiques.
Je terminerai en évoquant un facteur qui souvent passe inaperçu et qui pourtant a un réel impact sur notre taux vibratoire, je veux parler du manque de conscience de tout ce qui vient d’être cité. Notre T.V. a besoin pour s’élever de tout ce qui contribue à nous sentir utiles, à notre place, en harmonie, en paix avec soi et les autres; tout ce qui fait que nous pouvons donner du sens à notre vie.

Un seul facteur suffit parfois à faire baisser notre taux vibratoire, il est donc facile d’imaginer ce que peut donner la conjugaison de plusieurs facteurs entre eux.

Quels bénéfices avons-nous à maintenir notre taux vibratoire élevé ?

En listant les principales causes responsables d’un T.V. peu élevé, il suffit d’imaginer ce que serait notre vie si nous étions par exemple en bonne santé, que notre corps et notre esprit affichaient une belle vitalité, que nous étions libérés de nos peurs les plus anxiogènes, que nous avions une vision claire de nos besoins, de nos aspirations profondes, du but que nous poursuivons.

Que serait-elle si nous nous sentions en parfaite harmonie avec notre environnement et nos relations, et si enfin et peut-être même avant tout, si nous avions pleinement conscience de nous-même, de toutes les qualités et vertus qui sont les nôtres et de l’extraordinaire chance que nous avons de vivre sur cette belle planète ? À quel niveau pensez-vous que nous vibrerions ?

Est-ce grave docteur si mon taux vibratoire est bas ? !

Rien n’est grave dans l’absolu, et ce n’est pas en ce terme que personnellement je qualifie l’incidence d’un taux vibratoire qui serait durablement bas. Tout dépend de ce à quoi chacun aspire pour lui-même.

Les connaissances en matière de physique quantique et de Loi d’attraction permettent aujourd’hui d’affirmer que tout être humain dispose d’une faculté naturelle à créer la vie qui lui convient, si tant est qu’il prenne conscience de qui il est, de ce qu’il désire et de la nature ou qualité de l’énergie qui vibre en lui. Et cela nous ne pouvons le faire que si nous observons nos pensées, nos paroles, nos attitudes, nos intentions.

La meilleure façon d’avoir un taux vibratoire élevé c’est d’éviter ce qui peut le tirer vers le bas. Il n’y a pas tant de choses à faire que de choses à éviter.

Nous disposons de divers moyens pour élever notre T.V et je vais les évoquer plus loin, mais la première chose est d’identifier puis d’éliminer ou de transformer tout ce qui tire notre T.V. vers le bas, à commencer par le jugement.

Tous les jugements que nous portons sur nous-même, sur les autres et d’une façon plus générale sur tout ce qui constitue notre environnement.

On aura beau suivre des enseignements, faire des méditations, répéter des mantras ou des affirmations, prendre soin de notre alimentation, de notre oxygénation, si nous continuons de ressasser des jugements, des médisances, des critiques acerbes, des (auto) dévalorisations, des comparaisons, notre taux vibratoire restera à un niveau bas ; ou bien si malgré cela il parvient à s’élever, dès que nous retournerons vers nos vieilles habitudes de jugement et nos vielles attitudes, notre taux vibratoire redescendra sans même que nous ayons à faire quoique ce soit.

Alors oui bien sûr, objectivement il est très difficile d’éviter d’avoir des pensées dites « négatives » ou de taire totalement notre petit saboteur. Mais en apprenant à l’observer, à comprendre comment il s’invite à nous, se manifeste, nous parvenons à reconnaître sa présence notamment lorsque nous ressassons sans cesse les mêmes jugements, pensées, critiques, reproches, lamentations, regrets. C’est lorsque nous passons trop de temps en sa compagnie, lorsque nous laissons notre saboteur intérieur prendre trop de place et nous enfermer dans nos jugements, que notre T.V. descend à des niveaux bas de fréquences, et que notre énergie et notre rayonnement en sont directement impactés.

Le non-jugement n’empêche pas le discernement. Ne pas juger ne signifie pas être d’accord avec tout et tout le monde, aimer tout le monde, dire oui à tout. Être dans le non-jugement c’est être capable de reconnaître ce qui est juste, ce qui est bon pour soi à un moment donné, et savoir dire oui si cela est juste, et non si cela ne l’est pas, sans se sentir obligé de se justifier, et sans pour autant juger de « mal » ou de « mauvais » ce qui nous est proposé.

Reconnaître que quelque chose est inadapté, inapproprié à notre énergie, à notre besoin, à notre façon de voir les choses, de façon neutre tout en restant ouverts à l’idée que dans un mois, six mois, un an cela sera peut-être différent pour nous-même et/ou pour l’autre personne.

Le non-jugement n’est pas une forme de complaisance ni de renoncement, il est à voir comme un choix conscient que l’on fait dans le respect de soi et de l’autre.

Le non-jugement soutient toute démarche visant à réguler nos émotions, principalement celles que nous qualifions de négatives au regard de leurs effets sur notre taux vibratoire et donc sur notre bien-être.

La colère par exemple nous indique que quelque chose n’est pas juste pour nous, que nos limites ont été dépassées, ou que l’autre a appuyé à un endroit où ça fait mal. Nous pouvons ressentir la colère et la voir comme une opportunité de prendre conscience de cette chose (souvent liée à une blessure qui nous fait souffrir) afin de nous en libérer. Quand elle est accueillie, ressentie, conscientisée, sans que pour autant elle nous submerge ou se transforme en violence, la colère peut être source de beaucoup d’énergie, car c’est une façon de dire STOP à ce que nous ne voulons plus, et ainsi de nous respecter.

Comment maintenir notre taux vibratoire élevé au quotidien ?

Comme pour les causes énoncées plus haut, il n’y a pas une attitude à adopter qui prévaut sur les autres. C’est là encore un ensemble d’habitudes et d’attitudes que nous pouvons installer en conscience dans notre vie et qui associées les unes aux autres, feront que nous parviendrons à un cohérence intérieure et extérieure totale et permettront de maintenir notre T.V. à un niveau élevé.

Chacun est amené à observer sa vie telle qu’elle est aujourd’hui, à comprendre sa carte intérieure du monde, et à décider de la façon dont il veut la transformer, ce qu’il souhaite lui soustraire ou lui ajouter.

La cohérence totale ne peut s’atteindre que si notre attention et nos actions sont conjointement dirigées vers notre corps, notre âme et notre esprit.

  • Faire le choix d’une alimentation vivante, saine et variée.
    • Avoir une bonne hygiène de vie (activité physique, sommeil, équilibre travail/détente …)
    • Cultiver ce qui est source de joie, de plaisir, de satisfaction.
    • Nourriture de l’esprit : choisir en conscience ce que nous écoutons, nous lisons, nous regardons, ce que nous alimentons comme conversations.
    • Eviter d’entretenir le jugement et le ressassement.
      Trouver un moyen personnel de stopper le cercle vicieux jugement-pensée-émotion dès qu’il s’active.
    • Apprécier ce qui est déjà dans notre vie y compris pour les « petites choses simples » de la vie, les « petits bonheurs ».
    • Être dans la gratitude de ce qui est.
    • Cultiver l’énergie d’amour.
    • Relations. On attire des personnes qui vibrent sur une fréquence similaire à la nôtre. Le plus sûr indice de notre évolution spirituelle est la qualité des personnes que nous attirons à nous et des relations que nous développons avec ces personnes ; sans craindre de côtoyer parfois notre noirceur ou celle des autres.
    • Être le plus souvent possible dans la conscience de l’instant présent
    • Méditer. La méditation est source d’apaisement pour l’esprit (le mental), de détente profonde et d’ouverture (ou éveil) de conscience. Elle ne résout pas nos problèmes mais elle amène de la clarté dans notre esprit et nous aide à lâcher prise là où le contrôle s’avère inopérant.

L’installation de nouvelles pratiques quotidiennes agit comme un diffuseur de particules d’énergie qui modifient notre perception de la vie et de tout ce qui la compose (événements passés, présents, situations, relations …), en même temps que notre regard sur le monde change, notre conscience s’éveille et notre taux vibratoire s’élève.  Un taux vibratoire élevé est la meilleure protection contre nos peurs et contre les « attaques » extérieures.

 

 

 

 

Partagez sur 

 

 

  • Amandine 4 mai, 2018 at 4:56 / Répondre

    Très bel article encore une fois Danielle

    Je trouve très intéressant le fait de souligner que le non-jugement ne signifie pas dire oui à tout et tout le monde.
    Tout est question d’équilibre mais c’est un travail de tous les jours

    • Danièle Péralez 6 mai, 2018 at 10:38 / Répondre

      Chaque jour de notre vie nous accomplissons des petites tâches que nous avons inscrites dans notre quotidiens (se nourrir, se laver, dormir, bouger, travailler…). Dans ce que je nomme notre relation écologique à nous-même, nous oublions parfois (ou souvent) de porter notre attention à la nature de nos pensées. C’est bien dommage, car elles influencent directement la nature de nos sentiments (émotions) et en conséquence la qualité de nos paroles, de nos actions, de nos choix, de nos décisions. Notre état de bien-être quotidien a tout autant besoin que nous portions notre attention au corps, à l’âme et à l’esprit. Belle continuation Amandine !

  • Cordier Bougeard 5 mai, 2018 at 8:09 / Répondre

    Merci Danièle pour cet article.
    Toutes les pensées négatives sont des messages à transformer en pensées positives. Par la prise de conscience, et le positivisme, le cheminement s’opère dans les cellules. Je visite mes croyances, les modifient si elles ne sont plus justes pour moi dans l’ici et maintenant.
    J’aime me poser les questions : Est ce que cette pensée est réaliste? Est ce qu’elle m’aide à me sentir mieux? Est ce qu’elle m’aide à mieux gérer la situation? Est ce qu’elle m’aidera à faire mieux la prochaine fois? Est ce qu’elle me rend heureuse et me rapproche de mes objectif?
    « Je pense, je crée ».

    • Danièle Péralez 6 mai, 2018 at 10:24 / Répondre

      Je partage pleinement la démarche qui consiste à pratiquer un auto-questionnement positif, non jugeant, non limitant. J’ajouterai pour ma part « Je pense, je ressens, je crée. » La « pensée » accompagnée du « sentiment » forment le couple-créateur (le yang & le yin, le masculin & le féminin). Merci Sophie pour votre partage.

Postez un commentaire

Inscrivez-vous et recevez mon InfoLettre mensuelle