S'éveiller à sa Puissance Créatrice pour être pleinement Soi

  • Google+
  • LinkedIn
  • YouTube
 

Styles d’attachement et relations amoureuses

Posté par Danièle Péralez dans Bien Être en Soi, Blog, l'union du Féminin et du masculin 10 Fév 2016

Parmi les sujets qui sont au cœur de nos attentions, de nos conversations, de nos doutes, parfois de nos désillusions et de nos chagrins, nos relations amoureuses et affectives en général occupent une place privilégiée.

 

Heureux hasard du calendrier ou pas ! j’ai eu envie de vous partager ce mois-ci un dossier paru dans le magazine Psychologie Québec, qui traite de L’attachement dans les relations de couple.

Dans cet article je vous propose une version compressée de ce dossier, que vous pourrez retrouver dans son intégralité via le lien au bas de cette page.

Réussir sa relation de couple, beaucoup le vivent, beaucoup y ont renoncé, beaucoup en rêvent et l’espèrent.
Même si nous savons que l’exercice est difficile, on y revient toujours  car nous savons au fond de nous que l’Amour est notre raison Essence-ciel ; il est notre raison d’Être.
C’est à la qualité de la relation, de son évolution dans le temps, et de l’épanouissement personnel de chacun des partenaires,  que se mesure la réussite du couple.

On entend souvent que l’Amour peut tout, qu’il peut déplacer des montagnes, que tant que l’amour est présent dans le couple rien n’est perdu …. Mais savons-nous toujours bien définir ce qui se joue derrière l’amour ?

Qu’est-ce qui fait qu’au-delà de l’attirance que ressentent deux personnes l’une envers l’autre, une relation va pouvoir naître, se développer, évoluer ; une relation dans laquelle chacun pourra Être ce qu’il est, sans faire de l’ombre à l’autre, sans l’étouffer, sans chercher à le changer, le dominer ?

Cindy Hazan et Phillip Shaver docteurs en recherche, ont consacré une partie de leurs travaux à l’étude de l’attachement et de son implication dans le développement, le maintien et la dissolution des relations amoureuses adultes.

Ils ont repris les travaux de Bowlby (1969-1982) qui fut le père de la théorie de l’attachement adulte.

Selon sa théorie l’attachement de l’enfant à sa mère joue un rôle déterminant dans la forme d’attachement que la personne développera plus tard à l’âge adulte.
Autrement dit, si nous désirons comprendre le fonctionnement de notre relation de couple, nous sommes invités à revisiter la nature de notre attachement à notre mère.

Voici ce qui ressort de ces travaux.

Parmi nos besoins primaires figure celui de la protection ; l’enfant a besoin  de se sentir protégé du danger extérieur par la pers qui prend soin de lui. Cette personne est le plus souvent la mère, elle sera identifiée comme étant la « figure d’attachement ».
Si  la mère  est suffisamment proche, disponible, sécurisante, l’enfant se sentira protégé, en sécurité ; il développera un système d’attachement sécurisé.

Se sentant suffisamment en sécurité, il n’a pas besoin de déployer une stratégie d’attachement pour que sa mère le protège ; cela se fait naturellement.

Si par contre, l’enfant a l’impression que la « figure d’attachement » est distante, peu attentive, peu disponible, inconstante, il ne peut se sentir suffisamment en sécurité. Il va alors activer son système d’attachement par des pleurs, des cris pour tenter de ramener à lui la « figure d’attachement »  dont il a besoin pour se sentir protégé et en sécurité.

Si ce sentiment d’insécurité persiste, pour se défendre et se protéger, l’enfant adoptera une des deux attitudes suivantes:

Face à une « figure d’attachement » peu fiable instable, incohérente ou s’il ressent la présence d’une menace (réelle ou symbolique) l’enfant peut

– soit cesser de rechercher sa proximité, et désactiver son système d’attachement pour ne plus ressentir de détresse, il préfèrera apprendre à se fier à lui-même et ainsi se détacher.

– soit l’enfant il peut intensifier ses appels à l’aide, ses signes de protestations, et développer une forte sensibilité aux signes de rejet, de distanciation..

 

La qualité et la nature des premiers liens d’attachement de notre vie ont des conséquences sur le développement de notre personnalité et sur la formation de nos représentations mentales des autres et de nous-mêmes.

 

Lorsque notre système d’attachement est activé, il l’est pour toute la durée de notre vie ; ainsi nos perceptions, nos comportements et nos relations affectives, amicales, amoureuses, intimes, sociales, familiales prendront la couleur de la nature des expériences d’attachement (sécure ou insécure) que nous auront vécues dans l’enfance.

 

De cette observation, 4 styles d’attachement chez l’adulte se dessinent, qui découlent  de 2 dimensions distinctes.

La première dimension se caractérise par l’anxiété de l’abandon.

Elle se reconnaît à la peur d’être rejeté ou abandonné. La personne qui vit ce sentiment, va se montrer hypervigilante face aux signes de non disponibilité de son partenaire. Lorsqu’elle détecte une menace, son système d’attachement va entrer dans une phase d’hyperactivation pour attirer à elle toute l’attention de l’autre ; elle cherchera par tous les moyens à se rassurer.

 

La seconde dimension est l’évitement de l’intimité.
Se traduit par un inconfort au niveau de l’intimité émotionnelle et de la dépendance.  La personne manifeste dans ce cas un grand besoin d’autonomie. Lorsqu’elle ressent chez son partenaire un fort besoin d’être rassuré, elle le vit comme une menace pour son autonomie, et désactive alors son système d’attachement. Elle minimise ainsi le sentiment de vulnérabilité et d’inconfort de l’autre.

 

Les styles d’attachement de l’adulte vont dépendre du profil que la personne aura développé dans l’enfance.

 

 

Une personne qui présente peu d’anxiété d’abandon et peu d’évitement  d’intimité, possède un attachement appelé sécurisant (ou sécure).

 

Une personne qui possède fortement les deux dimensions d’attachement  (anxiété et évitement) développe un attachement craintif-évitant.

 

Une personne  qui possède seulement de l’anxiété d’abandon endosse un style préoccupé, et celle qui possède seulement de l’évitement de l’intimité développe un style détaché.

 

Présentation1

 

Dans la relation de couple, le style d’attachement que chaque partenaire aura  développé  du fait de son histoire personnelle, aura bien sûr une influence sur le fonctionnement de la relation.

 

Selon les études du Dr Yvan Lussier, Psychologue (Professeur au Département de psychologie de l’Université du Québec à Trois-Rivières) et du Dre Audrey Brassard, Psychologue (Professeure au Département de psychologie de l’Université de Sherbrooke),

* entre 50 et 55% de la population générale développe un style d’attachement sécure.

Ces personnes
ont en général une image positive d’elles-mêmes et des autres
une bonne estime de soi
se reconnaissent de la valeur
pensent mériter l’amour de leur partenaire et des autres en général
ont conscience d’exercer un certain contrôle sur leur vie
sont ouvertes aux autres et aiment être dans l’échange, le partage
sont  à l’aise avec l’intimité, l’engagement et l’interdépendance

Les partenaires possédant une bonne sécurité d’attachement
sont les plus satisfaits dans leur relation de couple
sont souvent incapables de vivre seuls
n’hésitent pas à rompre une relation qui n’est pas satisfaisante pour eux

En matière de communication et de conflits, les personnes au style d’attachement sécure
possèdent de bonnes aptitudes et une grande flexibilité dans l’utilisation de stratégies positives
ont une bonne écoute
savent exprimer leurs besoins
savent faire des compromis
n’évitent pas les conflits lorsqu’il s’en présente sur leur chemin

Sur le plan de la sexualité, les sécures
sont généralement les plus satisfaits
manifestent respect et ouverture pour leurs partenaires dans les relations sexuelles
favorisent plaisir, l’intimité, la complicité

 

* entre 10 et 15% des personnes se reconnaissent dans le style d’attachement craintif-évitant

Ces personnes
ont une image négative d’eux-mêmes et des autres
ont une faible estime d’elles-mêmes
pensent qu’elles ne sont pas aimables
ne se reconnaissent aucun mérite, aucun talent, aucune valeur
préfèrent anticiper le rejet plutôt que de courir le risque d’être abandonnées
désirent le contact intime mais craignent de souffrir de l’abandon
redoutent une trop grande proximité de l’autre
se confient difficilement à leurs proches

Les partenaires craintifs-évitants  sont inconfortables avec l’intimité, et en lutte avec une double contrainte
tenir à distance leur partenaire pour éviter la souffrance potentielle et besoin d’être rassurés
leurs relations sont souvent insatisfaisantes

En matière de communication les craintifs-évitants possèdent de faibles habiletés
ont du mal, face à leur partenaire à aligner leurs réactions sur leurs ressentis
peuvent utiliser la voie de la violence pour régler leurs conflits
Ils sont peu enclins à multiplier leurs expériences sexuelles
rencontrent plus de difficultés dans leur vie sexuelle que les autres

 

* 20% environ ont un style d’attachement préoccupé, avec une tendance plus marquée chez les femmes.

Les personnes possédant un style d’attachement préoccupé
ont une image plutôt négative d’elles-mêmes
ne se sentent pas dignes de l’amour des autres
pensent ne pas le mériter
ont une image plutôt positive des autres, ce qui les amène à rechercher leur attention, leur approbation
ressentent une grande instabilité dans leurs relations de couple
manifestent des signes de dépendance
craignent de ne pas être aimées, d’être abandonnées
sont généralement dans une forte demande d’attention, de soutien, d’encouragement
ont un grand besoin d’amour extérieur et de soutien
ont tendance à être jalouses, possessives, exclusives
sont hyper vigilantes aux signes de rejet, ou qu’elles interprètent comme tel
réussissent rarement à combler leur grand besoin de soutien à l’intérieur de la relation
sont parfois envahissants dans leur volonté de soutenir leur partenaire

Les préoccupés
vivent difficilement seuls
ont tendance à tomber facilement amoureux lorsqu’une personne leur témoigne de l’intérêt
sont prédisposés à la dépendance du fait de leur grand besoin d’amour et d’attention
préfèrent rester dans une relation peu satisfaisante plutôt que d’y mettre un terme et se retrouver seuls

Les préoccupés voient dans tout conflit
une menace de rupture
une source d’anxiété
ils cherchent à calmer les discussions, mais en tentant d’exercer une domination sur son partenaire
peu d’habileté pour l’écoute

En matière de sexualité les préoccupés
sont anxieux au regard de leurs performances
cette anxiété altère leur niveau de satisfaction de leur vie sexuelle
par crainte de ne perdre son partenaire la femme préoccupée développera une forme acceptation pour des relations non désirées
l’homme cherchera à satisfaire son besoin de se rassurer en se montrant insistant auprès de sa partenaire dans sa demande de sexualité

 

* le style d’attachement détaché regroupe environ 15 % de la population générale, avec une tendance cette fois plus marquée chez les hommes.

Ces personnes
possèdent une image positive d’elles-mêmes
mais doutent de la capacité de l’autre à répondre à leurs besoins
évitent  en conséquence les relations très intimes
dissimulent leur vulnérabilité
ne supportent pas de devoir dépendre des autres
préfèrent les relations distantes dans lesquelles elles se dévoilent peu, et préservent leur indépendance
se font confiance parfois de façon excessive
nient l’importance des relations intimes pour se protéger des blessures potentielles provenant d’autrui.

Les personnes ayant style d’attachement détaché
ont de la difficulté à s’engager dans les relations plus intimes
préfèrent les relations basées uniquement sur la sexualité sans engagement
sont peu à l’aise dans la relation conjugale
quittent une relation peu satisfaisante pour eux ou dans laquelle le partenaire demande un engagement à long terme
ont tendance à minimiser les besoins de leurs partenaires et à y être peu sensibles
le soutien est peu développé dans l’intérieur de la relation

Les détachés ne sont pas de grands communicants
évitent les conflits
se retirent facilement des discussions
se montrent parfois hostiles si leur partenaire insiste pour engager la discussion, la communication

Les détachés apparaissent comme des personnes
plutôt à l’aise dans leurs relations sexuelles
ils favorisent les relations sans engagement
la tendance à l’infidélité est plus marquée chez ces personnes
ils préfèrent l’activité sexuelle à la tendresse

 

Connaître notre style d’attachement et celui de son partenaire permet une lecture assez fine de la dynamique amoureuse de chacun, et par là même du couple que l’on forme avec ce partenaire.

Cela peut aider à comprendre et à dénouer une problématique personnelle ou une problématique de couple.  Derrière toute relation conflictuelle se cachent des enjeux de nature émotionnelle souvent liés au style d’attachement que nous avons initié dans l’enfance, puis développé à l’âge adulte.

Le besoin d’attachement est un besoin primaire qui existe en chacun de nous. Ce qui diffère d’une personne à l’autre, c’est la stratégie que chacun a développée dans l’enfance pour répondre à ce besoin tout en veillant à se préserver de la souffrance.

 

Retrouver l’intégralité du dossier en cliquant sur ce lien

L’attachement dans les relations de couple : fonctions et enjeux cliniques

 

  • Maria 28 février, 2016 at 3:57 / Répondre

    Thanky Thanky for all this good inmoifatron!

  • Jennifer 26 janvier, 2017 at 5:10 / Répondre

    Bonjour,
    La lecture de votre article met la lumière sur mes problèmes sentimentaux. Je me reconnais dans le style préoccupé et mon conjoint est clairement du style détaché, ce qui entraîne des conflits perpétuels ou je ne me sens pas en sécurité et lui se sent étouffé…
    J ai l impression que Tout s éclaire après plusieurs années de remise en question.
    On a beaucoup de beaux moments ou on est en phase mais à chaque conflit c est la relation entière qui manque de voler en éclats.
    Croyez vous qu’on peut trouver un terrain d entente? Ou alors aucun de nous deux ne sera jamais satisfait ? Me sentirais je comblée avec un homme qui a le même trouble que moi?

    • Danièle Péralez 27 janvier, 2017 at 6:11 / Répondre

      Bonjour Jennifer,
      Dans toute relation, amicale, amoureuse, fraternelle, l’Autre nous renvoie toujours une part de nous-même sur laquelle nous avons à « travailler » . C’est souvent d’ailleurs la raison pour laquelle nous sommes attirés des personnes qui nous semblent parfois très différente. cette « attirance » est là pour nous montrer cette part de nous que nous avons à explorer, à lâcher, à transmuter … Chercher la « satisfaction » dans sa vie, au travers de l’Autre (qui que soit l’Autre), c’est s’exposer en permanence à l’insatisfaction, à la frustration, à la désillusion. car l’Autre n’est pas là, dans notre vie pour nous « satisfaire », mais pour accomplir son propre chemin de vie, vivre sa propre expérience et sa propre évolution. L’Amour est la double réponse, et donc la seule, qui puisse vous apporter ce sentiment de sécurité que vous recherchez auprès de votre conjoint. Par quoi ou qui avez-vous besoin d’être rassurée: par votre conjoint ou par la relation? Quelle est cette part de vous, de votre enfant intérieur qui s’est sentie en insécurité et qui a toujours besoin d’être rassurée? Qu’avez-vous peur de perdre? Comment vous aimez-vous vous-même? De quelle façon vous le montrez-vous? Avez-vous besoin de sécurité ou besoin d’être reconnue et aimée telle que vous êtes? Toutes ces questions, il est essentiel de vous les poser, car plus vous allez travailler à consolider votre sécurité intérieure, à la renforcer par l’Amour que vous allez vous donner, et plus vous allez offrir de l’air et de l’espace à votre conjoint, et donc à votre relation. Si l’amour est fort entre vous, alors tout est possible! Si vous souhaitez que nous développions ensemble ces différents points, je suis à votre disposition, pour en discuter de vive voix http://www.enrichissezvotrevie.com/seance-individuelle-daccompagnement-2/
      Merci pour votre confiance.
      Danièle

Postez un commentaire

Inscrivez-vous et recevez mon InfoLettre mensuelle