S'éveiller à sa Puissance Créatrice pour être pleinement Soi

  • Google+
  • LinkedIn
  • YouTube

La Pensée Positive, placebo ou efficace?

 

La Pensée Positive, placebo ou efficace?

Posté par Danièle Péralez dans Blog, Être- Penser- Agir 08 Juin 2014

Comme il en est pour tout sujet, toute pratique, toute technique, la Pensée positive a ses défenseurs, ses détracteurs, ses sans avis. Il y a ceux qui en parle sans avoir essayé, ceux pour qui ont essayé un peu sans observer de grands changements dans leur vie, et il y ceux qui ont cherché à comprendre ce qu’il y a derrière ce principe et qui témoignent des bienfaits de la  Pensée positive dans leur vie

Le concept de la Pensée positive a débarqué dans nos vies porté par des slogans, dont certains faisaient penser à messages publicitaires. Emissions télé, radio, presse spécialisée, parutions de livres tout le monde philosophes s’est mis à débattre sur qu’est la Pensée positive et sur ses impactes sur nos viesElle est presque devenue un phénomène de mode, le remède miracle, la solution à tous nos maux; partout on pouvait lire ou entendre que pour aller mieux il suffisait de Penser positif, de Cultiver la pensée positive, d’Être positif, de Voir positivement la vie.

Que penser de cette idée scientifiquement attestée, selon laquelle la Pensée positive procure à celle ou celui qui la cultive un bonheur sans limite?  Ce qui revient à dire que la nature de nos pensées a un impact direct sur les événements de notre vie, et par incidence sur nos états physique, psychique, mental, émotionnel.

Tel que le concept a souvent été « vendu » beaucoup de personnes ont vu en la Pensée positive un moyen de trouver la solution à tous leurs problèmes, de mettre fin à leurs souffrances, de combler tous leurs manques. Et beaucoup se sont vus déçus et frustrés de constater que malgré tous leurs efforts rien vraiment ne changeait dans leur vie.

A trop vouloir simplifier et vulgariser certains concepts, on finit par leur ôter leur substantifique moelle.

Les recherches scientifiques ont depuis longtemps déjà démontré l’influence de la pensée sur le métabolisme humain. Nous avons tous observé que selon la nature de nos pensées nous allons nous sentir, plus en forme, plus dynamiques, plus résistants, plus créatifs ou l’inverse. Mais l’observation ne s’arrête pas là.

On sait sans doute depuis toujours, mais on ne le dit que depuis peu, que les pensées sont des émissions d’ondes qui en tant que telles ont leur propre fréquence vibratoire (une pensée de joie ou d’amour n’aura pas la même fréquence vibratoire qu’une pensée de tristesse ou de haine). Sans entrer plus en détail ici dans l’explication de cette loi physique appelée Loi d’Attraction, ont comprend comment l’énergie de la pensée va entrer en contact avec l’énergie universelle qui est en tout, et attirer vers le poste émetteur (celui qui pense) des événements ayant la même fréquence vibratoire.

C’est ainsi que si je nourris des pensées d’amour, de bonne santé, de succès, de gratitude, de prospérité, de joie, et qu’intérieurement je vibre vraiment ces émotions,  les pensées que je vais émettre seront chargées de ces vibrations qui auront pour effet d’attirer à moi, des circonstances correspondant à ces mêmes vibrations.

Et de la même façon, si je passe ma vie à craindre pour moi-même et ceux que j’aime, si je redoute l’échec, la maladie, l’accident, le vol, l’agression, le chômage, le manque d’argent, d’être quitté(e) …, les vibrations de ces émotions beaucoup plus basses vont appeler à moi événements qui vont me maintenir dans la peur, le doute, la frustration, le sentiment d’échec … .

L’Univers crée et nous envoie des réponses alignées sur la fréquence des vibrations que nous émanons.

Si je suis dans la joie, je vais avoir tendance à sourire, à chanter, à prendre les choses avec recul, sans gravité, à rester optimiste quelles que soient les circonstances. Cette énergie qui émane de moi, impacte mon environnement de façon positive (personnes ou événements), et les problèmes qui pourraient me contrarier, si je les laisse aller, si je ne les retiens pas,  trouvent leur solution d’eux-mêmes. Plus on focalise notre mental et nos pensées sur une situation désagréable, une souffrance, un conflit intérieur ou extérieur, une difficulté à faire quelque chose, plus on lui donne de force et d’existence. N’avez-vous jamais remarqué que c’est au moment où vous avez renoncé à trouver la solution à un problème, que celle-ci est apparue.

La chose la plus importante à retenir me semble t-il, est de prendre conscience de notre part de responsabilité dans tout ce que nous vivons. Nous sommes créateurs conscients et non conscients de notre Vie. Nos croyances, nos pensées, nos paroles et nos actes impactent la nature de tout ce que ressentons, vivons et créons. 

Depuis notre naissance se sont développées au niveau de notre cerveau des centaines de milliers de connexions neuronales qui fonctionnent de façon automatique. On peut comparer ces connexions à un programme informatique qui aurait été intégré dans notre cerveau. D’où parfois cette impression d’avoir été programmés pour faire, être ou avoir tel ou tel chemin de vie.

Ces programmes qui s’élaborent essentiellement à partir de nos croyances, de nos conditionnements, de nos mémoires, de nos peurs, de nos blessures ne sont pas immuables. A tout moment de notre vie, nous pouvons décider d’agir sur eux et de passer du mode automatique au mode manuel. C’est à dire de reprendre le contrôle de notre Vie et dans cette démarche, la Pensée positive est un outil qui aide et participe à notre reprogrammation.

 

La Pensée positive est un moyen et non une fin en soi.

Penser est un acte automatique qui s’accomplit sans que nous ayons à le décider, à le vouloir. En revanche pratiquer la Pensée positive est un acte volontaire et conscient.
Je peux à tout moment décider d’être dans la conscience de mes pensées et de la qualité des émotions qui les accompagnent.  Là est mon pouvoir d’action sur ma Vie, et sur tout ce qui m’entoure. Le mot pouvoir est à considérer ici dans le sens de l’aptitude ou de la capacité à, et non dans celui de la domination.
Je suis apte et capable d’agir sur moi, et ainsi d’agir sur ma Vie. Ce pouvoir est un don précieux qui nous a été offert à notre naissance, mais dont on ne nous a pas appris à nous servir. Il n’est jamais trop tard pour apprendre!

Mes pensées sont liées aux émotions que je vibre, et de mes pensées découlent mes paroles et mes actes.

Pour arriver à cet état de conscience il faut d’abord le vouloir, le décider et s’y préparer en se donnant un peu de temps pour en ressentir tous les bienfaits.

Si l’on désire agir sur les effets, sur les conséquences de quelque chose,  il faut commencer par s’intéresser à la cause. Souvent poussés par l’impatience, nous avons tendance à vouloir des résultats tout de suite lorsque nous entreprenons quelque chose.  Seulement voilà les règles de l’Univers ne sont pas celles de la société humaine. l’Univers nous enseigne que ce n’est pas dans le résultat que l’on vit les plus belles de nos victoires, mais sur le chemin qui nous mène à ce résultat.
C’est sur ce chemin parfois long et difficile, qu’il nous sera donné l’occasion de vivre notre pleine réalisation en tant que personne, et de permettre à notre Âme d’évoluer.

Tout processus pour être intégré demande du temps, de la patience, de la foi, de la persévérance. Décider de travailler sur la conscience de la pensée est un premier pas; le second est de chercher à comprendre de quelle manière nous pouvons le faire.

Je ne prétends pas ici vous donner toutes les clés pour parvenir à une maîtrise totale de vos pensées, mais juste de vous proposer un chemin qui y mène, et qui passe par l’exploration de notre Moi intérieur.

1 – Prendre conscience de vos priorités

Demandez-vous dans quels domaines de votre Vie, vous avez le plus tendance à nourrir des pensées limitantes (votre vie affective, professionnelle, votre santé, vos finances, vos relations aux autres, votre propre estime…).
Quels pourraient être les bénéfices, les bienfaits pour vous-même et vos proches si vous parveniez à modifier votre mode de penser.
Définissez les émotions dont vous avez envie de vous libérer, et celles auxquelles vous souhaitez faire de la place et accueillir dans votre vie.  

2 – Prenez conscience de votre programmation

Interrogez-vous sur les croyances que vous avez dans les domaines où vous vous sentez le plus limité(e), le plus frustré(e), le moins en harmonie et en paix .
Nous développons tout au long de notre Vie un certain nombre de croyances qui conditionnent nos comportements, nos habitudes, nos attitudes, nos choix, nos décisions, nos indécisions. Que ce soit au niveau de l’amour, de la famille, du couple, des enfants, du travail, de l’argent, de la santé, de nos compétences, de nos limites…

Certaines de ces croyances vous portent, vous font avancer, vous élèvent, mais d’autres vous limitent, vous empêchent d’être vous-même, vous retiennent dans vos projets, nuisent à votre bien-être.
Pour engage un changement dans votre façon de penser, intéressez-vous à vos croyances, et chaque fois que vous vous libérez d’une croyance qui ne vous convient plus, remplacez-la par une autre avec laquelle vous vous sentez en parfait accord.

3 – Définissez un programme à vos mesures et mettez-le en place dans votre cerveau.

Quelles nouvelles informations souhaitez-vous envoyer à votre cerveau, et qui vont créer de nouvelles connexions neuronales ?

Votre cerveau est depuis longtemps habitué à travailler selon un certain schéma basé sur votre cadre de références et de croyances;  il n’a pas d’efforts à faire puisque des automatismes se sont crées. Il va donc falloir que vous l’aidiez par votre détermination, votre volonté, votre foi, votre persévérance à intégrer les nouvelles informations que vous désirez qu’il enregistre.
Vous devez pousser ces informations vers votre subconscient pour que se créent de nouvelles connexions neuronales et de nouveaux automatismes. C’est un peu comme si vous rééduquiez un membre longtemps resté immobile.
Au bout de quelques semaines, de quelques mois selon chacun, votre cerveau empruntera de façon automatique ces nouveaux chemins que vous lui aurez indiqués.

4 – Cultivez la foi.

Quand on évoque le mot foi on pense automatiquement religion (connexion neuronale automatique!).  La  foi s’applique à tout; à ce que vous êtes, à ce que pensez, à ce que dites, à ce que faites. C’est de cette foi dont il est question ici. Vous pouvez expérimenter des dizaines de méthodes, lire des centaines de livres, écouter les meilleurs conférenciers de la planète, si vous ne croyez pas en vous-même, si vous n’êtes pas en parfait accord avec vos croyances, tout ce que vous lirez ou entendrez ne restera que de l’information. C’est à vous qu’il appartient de transformer ces informations en expériences. C’est votre libre-arbitre.
Si vous ne nourrissez pas une foi solide en ce que vous voulez réaliser, ressentir, vivre, partager, créer, vous serez rapidement tenté à la moindre difficulté que vous rencontrerez, de renoncer sans même avoir vraiment tenté de réussir. Vous aurez alors l’impression d’avoir échoué, alors que le véritable échec aura été de ne pas avoir essayé.

Ayez une foi infaillible en tous les nouveaux messages que vous allez envoyer à votre subconscient. Faites de vos envies des désirs ardents.
Napelon Hill a écrit dans son livre Think and grow rich (Réfléchissez et devenez riche) :  You need a burning desire. – Vous avez besoin d’un ardent désir.  Cela s’applique à tout.

5 – Soyez votre propre coach.

Il existe diverses techniques pour nous aider à nous libérer de nos conditionnements et implanter en nous des pensées génératrices de bien-être, de joie, d’amour, de paix, d’harmonie, de compassion, de gratitude, d’abondance. A chacun d’entre nous de chercher autour de soi ce qui lui convient, ce qui lui parle et résonne en lui.  Vous trouverez sur ce blog dans la rubrique Ressources quelques outils qui vont dans ce sens.

Quel que soit le chemin que vous allez suivre, il est important de vous souvenir que nous sommes tous constitués de la même Energie de Vie que tout ce qui nous entoure, et que nous sommes Un tout composé d’un Corps, d’une Âme, et d’un Esprit.
Si nous voulons évoluer vers une Vie qui soit plus douce, agréable, joyeuse, généreuse pour nous-mêmes et pour tout ce qui est vivant autour de nous, nous devons nous intéresser aux trois dimensions de notre Être et n’en laisser aucune de côté.


  • Daniel 18 juin, 2014 at 9:59 / Répondre

    Merci beaucoup Danièle, de très bonnes informations 🙂

    • Danièle Péralez 18 juin, 2014 at 10:04 / Répondre

      Merci Daniel! Au plaisir de t’accompagner dans ta réflexion … Amicale gratitude

  • Palmyre 21 juin, 2014 at 11:29 / Répondre

    Tu le dis si bien, Danièle!! Tout ce dont tu parles ici, je le savais… et pourtant, j’aurais été incapable de l’exprimer si bien. Ça prouve que je n’y avais pas réfléchi aussi profondément, car « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément » nous racontait Boileau. Tu vois, il me faut encore développer des connextions neuronales inexistantes chez moi!

    • Danièle Péralez 22 juin, 2014 at 1:17 / Répondre

      Chère Palmira,
      Je suis heureuse que cet article te redonne l’envie de renouer avec ton potentiel, tes intentions, tes convictions et tes désirs. Centre tes pensées sur ce qui est Essentiel dans ta Vie, et permets par tes pensées et tes actions, à de nouvelles connexions neuronales de se créer. Souviens-toi que tout ce dont nous avons besoin existe en nous et autour de nous. Nous sommes juste invités à explorer tous nos « possibles » pour vivre la Vie à laquelle nous aspirons. C’est notre attitude qui détermine notre aptitude.

      Amicale gratitude.
      Danièle

Postez un commentaire

Inscrivez-vous et recevez mon InfoLettre mensuelle