S'éveiller à sa Puissance Créatrice pour être pleinement Soi

  • Google+
  • LinkedIn
  • YouTube

Quand l’Amour nous porte dans nos faiblesses et les transcende en forces.

 

Quand l’Amour nous porte dans nos faiblesses et les transcende en forces.

Posté par Danièle Péralez dans Bien Être en Soi, Blog, du Moi au Soi 30 Juin 2017

Rien n’est plus puissant que l’expérience pour mesurer la justesse de ce que notre esprit, notre mental, imagine, crée, projette. Notre vérité individuelle et profonde ne se mesure à aucun livre, aucun enseignement, aucun discours ; elle s’évalue  dans la réalité de toute expérience vécue et dans la conscience du moment présent. 

 

Je reviens de Belgique où j’ai co-animé un stage intitulé Être Soi dans l’expression de sa Puissance créatrice.  À l’annonce de ce stage les mots « Puissance créatrice » auront eu pour certains un effet d’attraction, et pour d’autres ils auront réveillé des résistances ; notamment celles associées à l’idée de ne pas être créatif, de n’avoir aucune puissance, encore moins une Puissance créatrice.

Parmi tout ce que je retiens de cette enrichissante expérience, c’est que chaque participant est arrivé avec ses faiblesses plus ou moins nombreuses et profondes, et que chacun d’eux est reparti avec une force intérieure, qu’il a pu recontacter parce qu’il a su accueillir sa faiblesse, la nommer, la reconnaître, la comprendre et ouvrir un chemin lui permettant de la dépasser.
Tout ceci a été rendu possible par la présence et la puissance de chose l’Amour.
L’Amour qui accueille sans juger. L’Amour qui aime sans attacher. L’Amour qui pardonne sans regret. L’Amour qui fait confiance sans demander de preuve. L’Amour qui ouvre les cœurs. L’Amour qui apprend à recevoir autant qu’il sait donner.

Comment accueillons-nous nos faiblesses lorsque nous sommes seuls face à nous-même ?
Cherchons-nous en elles une responsabilité extérieure ?
Savons-nous les accueillir sans nous malmener, sans nous montrer durs et inflexibles avec nous-même ?
Nous lamentons-nous sur nos propres faiblesses ?
Les acceptons-nous comme une fatalité, une punition, un mauvais karma ?

Si l’on se penche sur la définition du mot faiblesse, il ne nous échappe pas que le point commun à nombre de ces définitions, est le mot manque. Manque de vigueur, de solidité, de résistance, de puissance, de ressources, de moyens, de grandeur, d’efficacité, d’estime, de confiance, de capacités, de caractère, de volonté, d’autorité, de talent, …

La faiblesse serait donc une défaillance, une insuffisance, une carence, une incapacité partielle ou totale, un défaut de qualité.

 

La faiblesse : une qualité non encore dévoilée

Croyez-vous un seul instant que vous soyez arrivé(e) en ce monde avec un manque de volonté, d’estime, de talent, de confiance ….  Ou pensez-vous plutôt que des circonstances particulières de la vie, vous ont mis face à des situations, afin que vous expérimentiez la faiblesse, pour en quelque sorte, vous permettre d’aller contacter la qualité dont vous avez oublié l’existence, et qui pourtant est bien présente en vous.

Comment pourrions-nous reconnaître le manque de confiance, si nous n’avions conscience de ce qu’est la confiance ? Pour re-connaître quelque chose, il faut d’abord l’avoir connu. Et cette connaissance est présence dans notre inconscient, elle n’attend que nous pour se révéler.

Le contraire du manque étant l’abondance, l’excédent, nous pouvons imaginer que dans des vies antérieures nous avons fait un usage excessif de la qualité dont nous pensons manquer, ou bien au contraire qu’il ne nous ait été permis de l’exprimer comme nous étions appelés à le faire, et voir ainsi que dans cette vie, il nous est re-proposé de vivre pleinement l’expérience de cette qualité.

Pour le savoir vraiment, il nous faut oser sortir de l’illusion de la faiblesse, du manque, pour oser vivre l’expérience de l’abondance.

Osez vous demander ce que vous désirez vivre en abondance, avoir sans limite, recevoir à profusion ; est-ce l’harmonie, l’équilibre, la paix intérieure, l’amour, la confiance, l’assurance, la discipline, la force mentale, la persévérance, l’optimisme, la conscience, le talent, l’argent, des moyens matériels …

Qu’est-ce qui aujourd’hui dans votre vie a besoin d’être restauré, revalorisé, conforté, pour vous permettre d’exprimer votre plein potentiel ?

Derrière la faiblesse se cache une ou parfois plusieurs croyances 

Si nous pensons manquer de qualité, c’est que consciemment ou inconsciemment, quelque chose a fait nous nous sommes mis à croire que nous étions dépourvus de cette qualité.

Il faut souvent remonter à l’enfance pour retrouver l’origine de ce qui a poussé cette croyance dans notre cerveau.
Il y a les paroles que nous avons pu entendre prononcer par nos parents, nos grands-parents, nos enseignants ? Ces petites phrases en apparence anodines mais qui laissent des traces indélébiles, surtout lorsqu’elles sont largement répétées.
Tu n’y arriveras pas, tu n’as pas l’envergure, pas les moyens. Ce n’est pas pour toi. Tu n’as pas de cœur. Tu ne penses qu’à toi. Tu es égoïste. Tu n’es pas gentil. Tu n’aimes personne. Tu manques de courage, de volonté….

Et puis il y a ces situations que nous avons pu observer et vivre de façon silencieuse, et dont certaines ont laissé en nous un sentiment de culpabilité, d’infériorité, d’humiliation, d’injustice, que nous n’avons pas osé exprimer.
L’enfant qui se sent responsable de la dispute de ses parents.
L’enfant blessé, humilié par la moquerie d’un enseignant.
L’enfant injustement puni.
L’enfant qui se sent rejeté par d’autres enfants de son âge.

Chaque blessure petite ou grande a laissé en nous sa cicatrice, qui au fil des années s’est transformée en faiblesse. Ces faiblesses qui nous limitent dans ce que nous croyons possible d’être, de faire, de devenir, d’avoir.

Prendre conscience des croyances qui sont associées à nos faiblesses, c’est se donner les moyens de se libérer de croyances erronées et limitantes, au bénéfice de croyances fondées sur notre expérience, nos réussites, nos valeurs.

 

Faire d’une faiblesse une force

La dernière étape de transformation d’une faiblesse en force, suppose de reconnaître ses ressources, ses compétences, ses aptitudes, et de les valoriser à la lumière de nos expériences.

Nous avons tendance à exacerber ce que nous appelons nos échecs, et à minimiser nos réussites.
Cette attitude s’observe par exemple, lorsque face à un compliment, ou à la valorisation de quelque chose que nous avons réussi, nous répondons : c’est parce que j’ai eu de la chance ; c’était facile ; je n’y suis pour rien ; je n’ai pas de mérite ; c’est normal, je n’ai rien fait a d’exceptionnel.

C’est justement cette idée d’exceptionnel qu’il nous faut travailler, pour faire de nos qualités nos principales forces.

Lorsque nous croyons nous-même en nos qualités, en notre propre valeur, en nos résultats, en nos compétences, lorsque nous les reconnaissons au travers de nos réussites de quelle que nature soient-elles, alors nous pouvons nous appuyer sur celles-ci pour transformer ce que nous percevons comme des faiblesses en forces.

C’est l’idée de ce dicton japonais qui dit Ne regarde pas les sept fois où tu es tombé, regarde -les huit fois où tu t’es relevé.

Nous ne pouvons nous relever que parce que nous sommes tombés, et c’est parce que nous l’avons fait une fois que nous pouvons le refaire à l’infini.

Chaque fois que nous accomplissons quelque chose que nous pensions impossible, difficile, hors de notre portée, nous grandissons en confiance, nous valorisons notre potentiel et reprenons le contrôle de notre propre Puissance Créatrice.

En revisitant nos faiblesses, c’est comme si nous reprenions contact avec notre enfant intérieur, pour réparer ses blessures, restaurer sa confiance, le rassurer, lui donner tout l’amour dont il a cru manquer. Alors quand l’enfant est rassuré, quand il sait qu’il est aimé, il peut se redresser, se mettre debout et avancer en confiance dans la vie.

 

 

 

Partagez sur 

  • Bernadette 30 juin, 2017 at 5:59 / Répondre

    Merci Danièle de nous rappeler que la faiblesse, le fait-blesse. Trop souvent, nous assimilons le « fait  » à l’ Ego qui n’aime pas cela – il croit à sa disparition …dans les oubliettes. Quand nous regardons les choses autrement et que nous accueillons ce qui Est – c’est « le fait » qui disparaît et notre coeur qui s’ expanse alors pulse la vie et grandit l’Amour en nous. Namasté !

Postez un commentaire

Inscrivez-vous et recevez mon InfoLettre mensuelle